Les Poupées Russes

La Collection, Agence Les Poupées Russes
Cover

Maëlle Rajoelisolo

Présentez-vous en quelques mots…
Je m’appelle Maëlle, je suis une illustratrice de 27 ans basée à Paris. Je dessine tout ce qui m’inspire mais principalement des petites nanas très habillées (et beaucoup de cheveux) !

Comment décririez-vous votre univers ?
Je dirais qu’il est très coloré, léger et féminin. C’est toujours délicat de prendre le recul nécessaire sur ce que l’on crée, je suis toujours un peu influencée par ce que les autres disent de mon travail.

D’où viennent vos influences, votre inspiration ?
La culture shôjô est clairement ma principale influence. J’ai mis quelques années à l’accepter mais, après avoir passé mon enfance à adorer les mangas et les Magical Girls (Sailor Moon en tête), c’est resté. Dans mes inspirations, il y a bien sûr les Clamp (Card Captor Sakura) mais aussi Ai Yazawa (qui reste ma mangaka préférée) et, dans un autre genre nippon, l’univers de Hayao Miyazaki. En dehors du Japon, j’admire énormément de personnes dans le milieu de la BD et de l’illustration mode : Claire Keane, Laura Laine, Fifi Lapin, Pénélope Bagieu, Fran Meneses et la liste est encore longue ! L’illustrateur qui a changé ma vie (oui, carrément) et qui fait que je travaille essentiellement aux crayons de couleurs aujourd’hui, c’est Florent Chavouet. J’ai découvert son travail à 20 ans. L’illumination, le coup de foudre, tout. Ça m’a libérée de 7 ans à me battre sur Photoshop avec des couleurs médiocres. J’ai investi dans des crayons Polychromos, et depuis je n’arrête plus.

Le projet dont vous rêvez ?
Je rêve d’illustrer toute une campagne pour une marque de prêt-à-porter ou de beauté. Des vitrines, des lookbooks, des livres… J’aimerai aussi monter ma marque de papeterie, notamment avec des carnets (même si c’est plus ou moins en cours).

En ce moment vous travaillez sur…
Mon book ! Pas le projet le plus excitant, mais clairement le plus chronophage… J’essaie en ce moment de me diversifier un peu, de tenter d’autres techniques. En tant qu’illustratrice et indépendante, je dois toujours m’auto-challenger. Le danger, c’est l’inertie, rester sur mes acquis, et tourner en rond. Je travaille aussi sur un projet personnel : une série de coiffures des années 60. Dans l’idéal, j’aimerais bien le présenter à un éditeur. Affaire à suivre…

 

maelle-rajoelisolo.com
Instagram
Twitter
Pinterest
Behance
TicTail